samedi, septembre 24, 2005

la fête foraine









Bonjour,
depuis le début du mois, il y a une fête foraine à Lille. C'est comme Beauce-carnaval, mais en (vraiment) plus gros. Avec des manèges qui font plus penser à des armes de destruction massive. Nous y sommes allés jeudi soir et aujourd'hui samedi. Ce n'est pas comme à St-Georges, l'accès aux manèges est payable à la pièce, nous nous sommes donc limité à deux manèges: le night-flyer et la maison hantée. Voici nos impressions:
Le night-rider a été totalement infernal. C'est le manège à plusieurs degrés d'articulation que vous voyez sur les photos en rafales suivantes. C'était complètement fou! J'étais sur de perdre mes lunettes. À côté de nous, il y a une fille qui a vomit. Il faut la comprendre, la ride dure un VRAI 5 minutes. Nous avions nous aussi ben hâte que la ride finisse. C'est le manège le plus extrême que j'ai essayé. Pas mal pire que tous ce qui a à la Ronde.
La maison hantée était pas mal molo. Pas grand chose pour s'énerver, sauf qui a du vrai monde à l'intérieur qui font des sauts et qui nous touchent vraiment. Effet réussit, mais la ride est très courte, et donc un peu décevante.
Au départ, je voulais que nous fassions l'oxygène, c'est une cabine au bout d'un bras qui tourne pour atteindre une hauteur de 60 mètres et une vitesse de 120 km/h. De plus, la cabine bascule par rapport à son point d'ancrage, ce qui doit rendre la vision du sol assez rapide. Cependant , MC a mise son droit de véto. Dommage.

C'est ça la France: le financement universitaire

Ici les universités sont presque gratuites. Ça coûte environ 200 euros pour s'incrire, soit l'équivalent du cegep. But you get what you paid for. Pas vraiment en terme d'enseignement, mais plutôt en terme de services. La bâtisse est superbe, mais ce qui est dedans laisse à désirer. Par exemple, la plupart des ordi run sur win98 et il y a une seule borne internet sans fil dans toute l'université. Pas de cash pour le reste. La bibliothèque (et une bonne partie de l'université) ferme à 20h, c'est très loin des biblio québécoises qui sont presque 24h. Finalement, il n'y a pas de cafétaria au sens américain du terme. Il n'y a donc pas d'endroit pour manger son lunch. Il y a certe un resto universitaire, mais il faut consommer la bouffe de l'endroit (et là, bonne chance). Pour les micro-ondes, on y pense même pas. C'est vraiment incroyable qu'il n'y ait pas de cafétariat. C'est pourtant utilisé par tous le midi et pous faire des travaux le reste de la journée. Occupation 100%. Quand j'ai demandé pourquoi il n'y en avait pas, quelqu'un m'a dit qu'on était trop et donc que ça coûterait trop cher d'en construire une. Il me semble que c'est normalement le contraire. Parce qu'on est beaucoup, ça va être rentable de diviser les coûts à la gang!

Du manque de café vient un autre phénomène. Tout le monde mange soit au resto universitaire ou ailleurs. Par ailleurs, je parle kebab ou sous-marins, qui coûte environ 3 euros, plus 1 euros pour la boisson. Nous nous faisons nos sandwichs, parce qu'à 10$ par repas pour les deux, ça fait cher au bout de la semaine en maudit. Mais ici, c'est la norme, même plus que la norme, c'est de même que ça se passe. Il faut aussi noté que les restos sont bondés le midi. L'habitude de manger au resto semble se prendre assez tôt.

Pour finir, une photo de nous.

mercredi, septembre 21, 2005

Chronique c'est ça la France: le vol de vélo


Vous savez peut-être, MC s'est fait voler sa roue arrière lors de la première journée de classe. C'es un acte ignoble pour les raisons suivantes: 1) le vélo avait coûté 15 euros ''and looked like shit'' (v. photo); 2) elle avait parké le vélo drette devant l'entrée de l'adversité, qui est hyper passante; 3) cet acte n'avait pour but que le vol du pneu de la roue. En effet, ce pneu était neuf, et était donc un objet de convoitise. Cependant, il est a noter qu'il n'avait coûté que 5 euros (un pneu ben ordinaire au Québec se vend 9$) , acheté au Carrefour (Wal-Mart français, fera l'objet d'une chronique). C'est incroyable qu'une personne veuille voler un pneu hyper-cheap, qui en avait l'air car posé sur un vélo de bouette, à la vue de tous et de chacun et en déloyant des efforts, car la roue n'avait que des bolts (pas de quick-release). Maintenant, je parke mon vélo à l'intérieur de l'enceinte de l'université, mais j'attends avec certitude le jour où je me ferai volé. Saviez-vous que 1 vélo sur 6 est volé en France chaque année, soit 400 000 vélo. Je suis prêt à gager que c'est plus que la production française de cycle. C'est fou, le vol (et le recel) doivent être la forme la plus commune de se procurer un vélo. Maintenant, je comprends pourquoi les vélos que nous avons acheter à la braderie n'était pas cher. Ici, le vol semble endémique. Vous devriez voir l'arsenal anti-vol qui a sur certains chars.

Face à la mort

Je reviens de l'adversité à 12h30 par mon chemin habituel. Je décide de prendre la rue Jemmape, qui se rend directement à l'appart. Un gros camion bloque l'entrée. Je décide donc de prendre la prochaine rue, la rue princesse. En plein milieu du chemin, il y a deux chars immobilisés, qui ont d'l'air de s'être frappé dans le derrière. À côté d'un char, il y a un gars étendu, avec les passagers des chars autour. J'arrête, le manque me faire frapper en tranversant la rue pour rejoindre les chars. Quand j'arrive à côté du bonhomme, y'en a un qui commence à faire le RCR (massage cardiaque au bonhomme). Au merde! Celui qui a inité le RCR avait l'air un peu désemparé. Je t'check si le gars a vraiment pas de pouls, ce qui semble effectivement le cas. C'est facile de savoir s'il y a un pouls, mais être sur qu'il y en a pas est une autre paire de manches. Je dis à l'autre de ventiller (bouche à bouche), pendant que je fais le massage cardiaque. Là, je me demande en maudit ce que je fais là. Le patient (appellons-le comme ça) est de plus en plus jaune et son ventre n'arrête pas de gonfler. L'ambulance arrive finalement, et ça doit faire de 5 à 10 min qui je masse. Incroyable! Je suis partis pour ne pas géner aux manoeuvres, je n'ai aucun idée de la fin de cet personne. C'est drôle le destin, si le camion ne m'avait pas bloqué, je n'aurai jamais fait de RCR à cette personne dont la patate à probablement sauté sur le choc émotif d'un accident banal. Je peux vous garantir que l'épouse n'était pas dans son assiette.

lundi, septembre 19, 2005

Chronique c'est ça la France: l'enseignement

Bonjour,
vous savez, les français parlent tout le temps. C'est comme une femme, mais en pire. Imaginez donc les françaises... Ceux qui battent des records de bla-bla sont mes profs. Ils parlent tellement pour rien dire c'est FOU. Aujourd'hui, j'ai gaspillé 2 heures de mon existance à me faire dire qu'il y a du contrôle à faire dans l'entreprise au niveau du personnel, des finances, des opérations, de la production et j'en passe (chaque sujet mentionné= 20 min). C'est l'intro à mon cours de comptabilité de gestion (ça fais deux cours que c'est l'intro). C'est donc 2 heures à ce faire dire des évidences. C'est certain qu'il y a du contrôle à ces niveaux, pas besoin d'en parler aussi longtemps. Il faudrait peut-être passé au concret, p.e. comme détecter les problèmes et les résoudres. Mais bon.

Aussi, l'enseignement ici est assez contemplatif. Par contemplatif, je veux dire qu'il ont du temps à perdre. Pas de problème à traiter longuement de l'histoire de la comptabilité. Pas de problème à nous faire faire du vieux stock (j'ai refais des limites et des dérivés). Pas question de nous donner les tables des dérivées, tout à la main. J'ai peur que j'aie à faire mes calculs avec des chiffres romains, juste pour voir comme c'était dans le temps...

Tout n'est pas si mal. Mes cours de marketing sont up-to-date. Je vais survivre. De toute façon, C,est pour ça que je suis là, pour observer l'autre culture.

dimanche, septembre 18, 2005

Chronique bière: la Fisher


C'est la fds, donc la bière coule à flot. La Fisher est une bière alsacienne très connue, que je me souvenais avoir bu lors de mon passage en France il y a déjà plus de 5 ans. C'est une blonde qui tire sur l'ambré, bien houblonnée et pétillante. Très bonne quoi!

Samedi, nous sommes allé à la projection en plein-air du film ''jeune fille à la perle'', sur le célèbre tableau de Veermeer du même nom. Film très esthétique, un peu longuet. Si la semaine passée nous dormions en bobette sur nos couvertes, maintenant il fait assez froid à Lille. Froid comme l'automne au Québec. Nous avons donc géler ben raide pendant le film.

Vous savez que les français mangenet tard. L'heure normale du souper est de 20h. Ben, les français, il ne mangent pas juste tard, ils ne mangent presque pas. Mise en situation: plan de la soirée, on va dans un bar, on prend un verre et une bouchée et on va au film après (le film est a 22h). Ben au bar, on a juste pris un verre! Les autres n'avaient pas faim! A 21h plus! Nous sommes donc allé mangé dans un fast-food après minuit! Y'en avait même un qui a mangé par dépit. Vraiment impréssionnant.

Chronique bière: la Valstar


L'euro est cher, il faut donc boire conséquemment. Si la kroeningbier décrite précedemment pourrait s'apparenter à la Old Milwaukee, celle serait peut-être la Bullmax 1.18 litre. Donc vraiment cheap. On parle de seulement 0.70 euro pour 750ml. Quant au goût c'est une surprise agréable. Très bonne, autant qu'une Heineken! Comme cette bière est dans une bouteille verte, elle acquière un odeur de moufette, et cette odeur est au moins 10 fois plus prononcée que celle de la Heineken. Tellement que dès que j'ai ouvert la bouteille, MC s'est plaint de l'odeur (et elle a le nez bouché ben raide).