samedi, juin 20, 2009

Triathlon du lac Beauport: résultats

Je participais aujourd'hui à mon 2e triathlon de l'année, le triathlon du lac Beauport. C'était un triathlon de longueur sprint, avec certaines variations: 1km de nage plutôt que 750m et 7.5 km de course plutôt que 5. Parfais, ça me prend toujours un certain temps avant de m'habituer aux transitions et le plus long peut être mon adaptation, le meilleur. La parcours était vraiment intéressant. Natation dans un lac propre, 3 tours du lac pour le vélo et un tour pour la course. Au départ, je pensais que les conditions étaient réunies pour que je fasse une très bonne performance. Premièrement, il y avait une légère bruine, abaissant sensiblement la température. Je sais d'expérience que je performe mieux au froid qu'au chaud, et c'est un facteur qui jouais en ma faveur. Deuxièmement, le tour du lac est très montagneux, ce qui devrait avantagé mon style grimpeur au vélo et à la course. Finalement, je me sentais en plein forme, même si j'ai toussé toute la semaine comme un fumeur d'export A verte fini. C'est localisé aux cordes vocale et ça n'a pas influencer mes entrainements. La natation a vraiment bien été. Compte tenu des mes béboires précédents, je me suis loué un autre wetsuit, histoire d'enlever une variable à l'équation. Quoique je le sentais aussi serré que l'autre, je n'ai pas eu de problème d'hyperventilation et j'ai fini à 10 secondes du pack de tête même si j'ai nagé vraiment mollo. Je voulais vraiment être certain de ne pas étouffer comme au triathlon des iles. La partie vélo a relativement bien été, mais il me semble que j'aurais pu être plus rapide. Je n'ai pas su gérer mon effort en donnant les bons coups dans les bonnes montées (celles où il est possible de récupéré par la suite). Cependant, mes jambes et ma montre cardio étaient d'avis que j'allais à fond la caisse et j'ai décidé de les écouter. La course a vraiment été l'élément décevant de la journée. Ma foulée avait perdu tout son dynamisme et ayant oublié mes bas, j'ai commencé à pogné des ampoules au 4e kilomètre. Au moins, c'est à partir de ce moment là que l'estomac a arrêter de brasser et j'ai pu accéléré un peu. La course finissait avec 1 km de montée et j'ai vraiment voulu abandonner à 100m de la fin tellement j'étais toasté. Vivement la fin du MBA pour augmenter mon volume d'entrainement et mon endurance. Résultat, 5e/18, pareil comme la dernière fois. Je suis quand même satisfait du résultat, puisque tous les éléments cités précédemment font partie de la course. Pour moi et pour les autres.

1 commentaire:

Guillaume a dit...

La prochaine fois que tu viens dans le coin de Québec, tu es obligé de me le dire. Je me ferai un plaisir de t'attendre à la ligne d'arriver avec des insultes d'encouragement.