jeudi, décembre 29, 2011

Vancouver la temperature

Il y a quelque chose de positif a visiter vancouver en hiver: ca fait (presque) apprecier l'hiver quebecois. Je crois qu'il y a plu a tous les jours depuis qu'on est ici. Et on ne parle pas de tit-pluie de 15 minutes: on parle plus d'une pluie quasi-continue avec quelques breves eclaircies. Pas facile pour le moral. Mais j'imagine qu'on finit par s'habituer. Les gens font du jogging a la pluie et ca m'empeche pas personne de sortir.

Est-ce que je prefererait la pluie de vancouver au frette de montreal? Je ne sais pas. Il parait qu'il faut avoir vecu les 2 pour decider.

Sur la photo: un ciel gris mais sans pluie pour notre marche dans le centre-ville.


Vancouver: ou sont les gens?

Sur la photo: le centre ville de vancouver a 8h30 un jeudi. Il n y a personne. Est ce parce que tous sont en vacances? Est ce parce que les gens commencent a travailler plus tard? Est ce qu un virus mortel a ete rependu dans la ville et nous ne sommes pas au courant? Difficile a dire. Etk, c est pas mal tranquille. Meme les cafes sont fermes le matin, tandis que c est la folie furieuse a montreal. L aeroport est lui aussi desert. J imagine que ca restera un mystere.


Ski a whistler: le bilan

Notre visite a whistler se termine et voici mon bilan:
1) ca coute un bras. J'estime que nos deux jours de ski vont avoir coute 50$/h par personne, en exclant les billets d'avion. Le plus cher est evidemment la chambre d'hotel. Nous avons paye 300 $/ nuit pour une chambre sommes toute ordinaire dans le village de whistler. Le ticket de ski coute 100 $/jour et l'autobus coute 100 $/pers. Heureusement, la nourriture est au meme prix qu'ailleurs au pays. Le tout additionne, ca fait du cash en maudit.
2) le staff est vraiment gentil. C'est fou a quel point les gens voulaient qu'on passe un bon moment. Il faut dire que le personnel est surtout dans la vingtaine et que plus de la moitie vient du reste de l'anglosphere (australie, nz, uk, etc) avec des visas speciaux. Je crois qu'on peut attribuer la friendliness du staff a: une directive de la direction, le fait qu'on est en debut de saison, le fait que le staff peut faire une demi journee de ski par jour, une bonne recolte de bc gold, toutes ses reponses.
3) les pistes ne sont pas extremement difficiles. Il y a beaucoup de ski pour expert, mais il y a generallement plus de pitch dans l est. Je ne me suis pas retrouve dans des situations ou je me suis dis "qu'est-ce que je fais la?" comme dans les alpes (avec des traverses a 60 degres entourees de roches). Mon point n est pas de dire que c'est du ski poche, mais plutot different.
4) on a eu de la neige en masse. Il y a toujours un risque a prendre des vacances de ski avant le 1er jan et nous avons ete chanceux. 2 metres de base et au moins 10 cm de nouvelles neige a tous les jours. J'ai eu ma dose de poudreuse dans les bois de whistler ou j'ai regulierement patauge dans 2 pieds de neige. Il n'y a rien de plus satisfaisant que de briser un banc de neige avec ses genoux...
5) le secteur alpin est relativement petit. Le secteur sans arbre de whistler est la ligne entre 1900 m et 2300m. Par comparaison, l'ensemble des centres de ski des alpes sont situes plus haut que la ligne des arbres (de 2000 a 3500 m). Ca fait un plus grans terrain de jeu ou on peut resentir l'incroyable sensation de liberte venant de "la seule piste qui existe est la track que je prend".
6) il y a de la denivelliee en masse. Whistler se targe d'avoir un mille de vertical, c'est a dire que descendre l'ensemble de la montagne equivaut a descendre 2 fois tremblant. Impossible a faire sans arreter.
7) la nourriture disponible dans le village est correcte, mais sans plus. Les gastronomes devraient se mettre en mode "alimentaire".
8) les gangs de gars (anglais) sont vraiment bruyants. Un nombre sensible de voyageurs sont la pour faire le party et ca demande par moment.
9) ce n'est pas facile de reguler sa temperature. Imaginez qu'il fait zero en bas du chairlift et -10 avec un vent de la mort au sommet. Ideal pour une succession de cycles de gel-degel avec frissons garantis dans des vetements humides. Ca devient encore plus sportif quand il pleut en bas du chairlift. Des vetements de tres bonne qualite sont requis.
10) le ski, ca reste un sport de montagne. Avec ses helas. Ainsi, le sommet de whistler etait ferme pour cause de vent a notre 2e journee. 4 personnes ont du dormir dans le bois dans la semaine ou nous etions la parce qu'ils sont alles trop loin. Ils envoient des obus dans la montagne pour controler les avalanches. Toutes de petites choses qui font penser aux precautions de base. Disons que je ne trouvais pas ca genial d etre seul dans le bois avec seulement un cell et sans mon kit habituel de montagne (couteau, flashlight, lighter, sifflet). Serieusement, ce n'est pas overkill meme pour quelqu'un qui reste dans les limites du resort ( mais dans les endroits moins frequentes).
11) les alpes ou whister? Mon cœur penche pour les alpes. C'est plus haut. Il y a une plus grande variete de piste. C'est moins cher. Et c'est plus gros. Un gros centre francais est environ 2 fois plus gros que tout whistler. Pour vous donner une idee, on peut facilement skier toute une journee a tignes sans jamais prendre le meme chairlift.
12) est-ce que j'y retournerais? Surement un jour, mais je preferrarais essayer d'autres stations de l'ouest ou retourner en europe.
13) dans tous les cas, nous avons fait du super ski et ca a ete de tres belles vacances.

mercredi, décembre 28, 2011

Ski a whistler

Nous avons termine notre avant midi de ski sur la montagne de whistler. Il a beaucuop neige durant la nuit mais il pleut en bas de la montagne. Ce n est pas catastrophique puisqu il neige passe 1700 m d altitude. Ca fait qu il y a plein de secteur ou il y a plus d un pied de pourdreuse. Il y a tellement de neige par endroit que ca m a pris 5 min pour trouver un ski perdu dans le bois. Il y a beaucoup de vent et c est assez froid en haut des chairlifts. Ca fait aussi que le sommet est ferme. Dommage puisque j aime bcp le ski quand il n y a plus d arbres.

Tout ca pour dire que ce n est pas une journee facile et les jambes de mc (sur la photo) vont probablement prendre un break cet apre midi.

Notre the est termine et je repars.


Ski a blackcomb

Nous sommes alles voir mon frere habitant en banlieue de vancouver pour noel et nous en avons profiter pour faire un p tit detour pour faire 2 jours de ski a whistler.

Nous sommes chanceux puisque 15 cm de neige sont tombes pendant la nuit. C est une bonne affaire puisqu il y a toujours une incertitude quand a la neige pendant les vacances de noel. En tout cas ca promet.

La station est grosse et nous avons decide de faire une montagne par jour. La premiere sera blackcomb la plus haute (2400 m).

Nous commencons a skier dans le bas de la montagne histoire de s echauffer un peu et surtout puisque le secteur alpin est ferme. Des obus sont tires sur les zones sensibles aux avalanches pour faire descendre la neige instables. Disons qu ils ne niaisent pas avec ca. Le bas de la montagne est assez semblable au mont st anne autant en termes de look (il y a des arbres) quand termes de difficulte. Il y a quand meme des passages etroits qui ajoutent au challenge et a mon bonheur.

Le secteur alpin a ouvert vert 10h30 et c est un autre monde qui s est ouvert a nous. Il n y a pas d arbres il y a moins de monde il fait 5 degres de moins il vente au max et il y a plus de neige. Le secteur alpin n est pas tres a pic mais le 20 cm de neige rend le ski aussi agreable que difficile pour les jambes.

J ai du hiker un peu pour rejoindre le secteur du parc de blackcomb ou il est possible de skier dans d immenses bols couverts de 30 cm de neige fraiche. Le detour en valait la chandelle autant pour le ski que le paysage.

Nous avons termine notre journee a faire les longues runs faciles situes sur le pourtout de la montagne. Une descente peut faire plus de 5 km et prendre plus de 15 min. Ca premet de faire du tourisme et de profiter du paysage.

Pour conclure ce fut une super journee de ski et consulter ce blog pour en savoir plus sur la journee a whitler qui nous attends.

samedi, décembre 24, 2011

dimanche, décembre 18, 2011

Hiking à la vallée du bras du Nord

J'attendais impatiemment la fin de ma saison de MBA pour pouvoir enfin sortir de Montréal et m'aventurer à nouveau dans les bois. Mon cousin Guillaume était lui aussi partant et nous avons opter pour un endroit dont nous avions souvent entendu parler en bien sans l'avoir visité: la vallée du bras du Nord, à 15 minutes environ de St-Raymond.

J'avais entendu beaucoup de personnes vanter les mérites de ce parc pour le vélo de montagne ou le canot, mais je dois dire que son attrait pour la randonnée est tout aussi notable.

Comme à l'habitude, nous avons emprunté le sentier le plus difficile (sentier des falaises) pour avoir le plus grand rapport exercice/temps possible. Ce sentier commence très rapidement avec une bonne dénivellée pour se terminer sur une sorte de plateau qui longue la falaise. Le point de vue est splendide et nous avons été impréssionné par la qualité du refuge, que nous comptons louer pour une nuit cet hiver.

Même après un seul sentier, je suis près à affirmer que la vallée du bras du nord offre le meilleur hiking à distance raisonnable de Québec. À essayer.





lundi, décembre 05, 2011

Le chat et l hiver

Un chat ca ne se laisse pas mourir. Bien au contraire. Ici le chat se sauve du froid hivernal en se faisant une caverne dans les couvertes. Disons qu il ne fait pas pitie.


mardi, novembre 29, 2011

La vue de mon nouveau bureau

Il y a eu un reamenagement des bureuax et j ai perdu ma vue sur la superbe tour cibc pour un parking et chez paree. Je n ai rien vu de notable a date et ca me semble particulierement tranquille l apres midi. Etk j ai un bon spot pour me monter un dossier de blackmail...

dimanche, novembre 13, 2011

Mt Mansfield via Underhill state park

MC et moi sommes allé à ma montagne préférée à proximité de Montréal: le mont Mansfield. Nous avions déjà fait la face est l'an dernier et nous avons décidé de refaire la piste partant de Underhill State Park. Un point positif avec Mansfield, il n'y a pas de marche d'approche. Ça commence rapidement avec une bonne dénivellée. Le ridge rocheux est atteint après seulement une heure, ce qui est pour moi un gros plus puisque c'est ce que je préfère (roches et environnement alpin). Les photos vous témoigne du fait que la vue était superbe. C'est rare qu'il n'y a pas de nuage sur cette montage. Malgré le fait que j'aurais pu aller acheter du lait au dépanneur d'à côté en t-shirt à Montréal, nous avons eu de la neige et de la tite-glace fondante un peu partout. Le mot d'ordre: bâtons et crampons obligatoires passé le 1 nov! La descente a été particulièrement difficile, mais nous avons fait le tour en seulement 4h. Recommandation: étirez votre journée et faite les autres sommets ainsi que la spectaculaire subway trail (v. mansfield par la face ouest pour des détails).

Mansfield: on se revoit cet hiver!

Chronique biere st ambroise ipa

J aime beaucoup les ipas et je suis un fan fini de la brasserie st ambroise. Je fut donc agreablement surpris quand j ai decouvert un pack de 4 de bieres marquees ipas. Mais attendez la st ambroise originale n est pas une ipa? Pourquoi donc faire une edition speciale? Quoique je soupconne des raisons marketing je dois dire que la ipa est tres bonne mais les differences avec l originale sont mineures. Pas sur que je reussierait un test a l aveugle pour les departager.
7 sur 10


dimanche, octobre 23, 2011

Chronique vin henri chauvet rose

J aime bcp les champagnes indies qui changent de ce qu offre les grandes marques. J ai donc ajoute une demi caisse de henri chauvet dans ma derniere commande d importation privee. Et pourquoi ne pas le prendre rose tant qu a y etre.
Le henri chauvet rose commence avec une attaque solide empreinte d acidité. Ca fait un peu veuve cliquot disons. La finale va chercher le gout typique de confiture des champagnes roses.
Le tout est interessant mais j aimerais bien que les saveurs s arrondissent au fil des annes de conversation en cave.
6 sur 10

Chronique biere: karmeliet

Nous restons dans les triple belges, mais on upgrade ici dans les bieres d abbaye moins commerciale. Cette blonde est vraiment agreable a boire. Elle est douce avec un peu de fruit. Rien de vraiment caracteristique, mais l ensemble est tres reussit. 8 sur 10

Chronique biere abbaye des rocs

L abbaye des rocs est une brune triple belge, trois adjectifs qui garantissent un max de saveur. Tirant 9 % d alcool cette biere commence par montrer du fruit pour se terminer dans des aromes de caramel et de melasse. Pas pire. 6 sur 10.

dimanche, octobre 16, 2011

Chronique vin vindoux corse

Un de mes amis s est brisé les dents sur le gr20 mais il a rapporté une bouteille d un produit local dont je doute qu il est possible de s en procurer de ce cote ci de l atlantique. C est un vin rouge doux, cad sucré. On peut voir ca comme un sauterne rouge ou comme un porto moins alcoolisé dependemmant de vos references. Ca a une belle complexité au nez et en bouche mais sans toute la lourdeur du porto. C est tres interessant, mais bonne chance pr en trouver a la saq.

Chronique vin cidre haut st jean

Nous sommes alles aux pommes lors de notre derniere visite a singe orges et nous en avons profiter pour acheter une bouteille de cidre produit par le roy de la pomme. C est un cidre tirant environ 7 % d alcool au gout leger. Le gout  est moins complexe que ce que je recherche habituellement mais ca reste interessant quand vient le temps de boire quelque chose de rafraichissant quand il fait chaud. 5 sur 10

Chronique vin oyster bay

J aime beaucoup la mollesse des chardonays californiens ou neo zelandais et j ai donc apprecie le osyter bay produit dans la vallee de malborough en nouvelle zelande. Nous avons droit a un fruit tempéré par la sensation grasse en bouche de ce vin. Pas mal. 6 sur 10

Chronique vin albernoas

Le albernoas est un rouge portugais que j ai trouvé assez ordinaire. Il n est pas mauvais mais il manque definitivement de caractère. C est easy drinking et ce n est pas cher. 5 sur 10

lundi, octobre 03, 2011

Chronique vin la sereine

La sereine est le meilleur vin blanc que j ai bu en 2011. Il est a la fois vivace et fruité, ce qui est une combinaison particuliement difficile a trouver.
A essayer absolument.
9 sur 10


dimanche, septembre 25, 2011

Chronique biere: la recompense

La recompense est une blonde anglaise manquant legerement de caractere. Pas qu elle est mauvaise c est davantage qui lui manque un petit quelque chose pour se distinguer a part sa mousse presque volcanique.
6 sur 10


dimanche, septembre 18, 2011

Tomate extreme

Ma mere fait de la sauce tomate a parir de tomates fraiches depuis quelques annees et je suis toujours bien content de repartir avec un pot lorsqu on passe par singe orges.

Ca nous a inspirer pour commencer notre propre production.  Je visais premierement une sorte de proof of concept mais une visite au marche jean talon nous a orienter vers un projet megalo.

C est ainsi que nous sommes repartis avec 50 lbs de tomates une machine a puree et le tout a precipite l achat d un congelateur.

La production de la sauce n est pas compliquee mais il y a plusieurs etapes qui lorsque additionnes on parle d envion 4h de travail pour tout faire. Ca reste raisonnable et ca fait une activite interessante pour la fin de semaine.

J ai bien hate a ce soir pour gouter la chose!


Chronique vin: cave de clairmont

C est toujours un evenement quand mon importation privee est livree. C est toujours interessant de gouter de nouvelles saveurs et il y a toujours un petit stress puisque l achat a la demi caisse ne pardonne pas les erreurs.

La premiere boutielle que l on a ouvert est un croze hermitage 2007 de la maison la cave de clairmont.

Nous avons eu droit a un vin tres aromatique avec un nez de cerise sure evident. Le vin est plein en bouche sans pecher par un exces de concentration. Il a cependant une note poivree plus grande qu a mon gout. C est pour moi un leger defaut que j espere bien qu il va diminuer au fil des ans. C est l avantage d acheter a la demi caisse.

7 sur 10


vendredi, septembre 02, 2011

Derniere journee a lima

Nous sommes arrives a lima pour passer une derniere journee relax avant de repartir vers mourial demain matin. Au programme piscine spa et ceviche.


Trek du salkantay


Un des moments les plus important de notre voyage etait le trek du salkantay qui consiste a marcher 3 jours sur la voie qui borde la montgne ayant pour nom salkantay.
2h de voiture dans des routes sinueuses nous ont apporté a au village de Mollepata, lieu de départ du trek. C'est alors que je commence a filler assez ordinaire. Le dejeuner ne passe pas, mais je ne suis pas plus inquiet que ca parce que l ' altitude a constamment rendue la digestion difficile. Nous entamons notre périple quand meme puisque le tout devrait passer.
La premiere journee du salkantay est une montee moderee dans une piste suffisament large pour qu une voitre puisse passer. D ailleurs certains groupes montent en minibus pour commencer leur trek ou nous tiendrons notre premier campement.

Nous nous sommes bien acclimate a l altitude et l effort est seulement legerement plus difficile que l habitude.
Apres une heure de marche Mon dedans me fait horriblement souffir et je dois aller visiter les bois 3 fois pour me rendre au break du diner. Le diagnostic est la tourista et je doute de ma capacite et faire l apres midi. J ai alors pris l ensemble des pilules a notre disposition et ca a commence a aller mieux juste quand nous avons du repartir. Le cocktail pharmaceutique a ete d une efficacite incroyable puisque j etais un homme neuf pendant toute l apres midi et je n ai plus eu de probleme pour le reste du trek.
Le premier camp etait dans une vallee magnifique et nous sommes alles nous coucher a seulement 7h compte tenu de la fatigue.


On nous avait dit que la deuxieme journee etait la plus difficile et c etait vrai. Nous avons gagner presque 1 km d elevation pour atteindre la base du salkantay a 4600 m d altitude.

Le tout s est fait dans des montees en lacets dont mc se rappelle avec douleur... nous avons ensuite descnedu pendant pas mal toute l apres midi pour atteindre le 2e camp situe dans une mini ferme.
La 3e journee etait elle aussi tout en descente. Le climat et la vegetation changent tres vite avec l altitude et la derniere partie de notre marche a ete dans la jungle. C est assez incroyable de passer d un climat alpin a la jungle en seulement 24h.

Fait interessant nous avons pu manger des fruits de la passion cueillis directement dans l arbre par notre guide. C etait vraiment bon.

Nous avons termine notre perible au village de playa ou une voiture nous a amener a la station de train nous menant a aguas calientes la derniere escale avant machu pichu.
J ai beaucoup aimer le trek. Notre guide etait super et la nourriture etait excellente. Je dirais que le niveai de difficulte est moins important que ce que j avais prevu mais les journees sont longues. On parle d un max de 20 km par jour ce qui n est pas rien. Il faut quand meme arriver preparer puisqu un groupe mal avise est arrive 3h plus tard que nous a la noirceur et sous une pluie battente. Il devaient vraiment capoter.
Marie claude a tenu un beat de champion puisque nous etions presque toujours les premiers arrives.
Fait cocasse nous etions seulement nous deux dans notre groupe. Nous avons donc eu la chance d avoir un guide prive. Le plus drole et que pour 2 touristes il y avait un guide un cook un homme de chevaus et 2 chevaux...
C est certain qu apres un trek comme celui la le premier objectif est de prendre une douche chaude. Malheureusement il y a eu une panne d electricite generalisee a aguas calientes et ca a du attendre notre retour a cusco. Et ca ca fait aussi parti de l aventure.

Retour du trek et de Machu piccu

Juste queslques mots pour dire que nous avons survecu a notre trek et que Machu Pichu, c etait vraiment hot.

Nous partons aujourd hui pour Lima derniere escale de notre periple puisque nous prenons un vol pour Miami et ensuite Mourial demain matin.

dimanche, août 28, 2011

Visite de la vallee sacree des incas

Le tour d aujourdui avait pour theme a visite de la vallee sacree des incas. En gros I'll s agit de la vallee entre cusco et machu pichu. Nous avons vus 3 sites incas en plus d apprendre comment les artisiants d ici travaillent la laine. Le tout etait tres interssant.
Demain nous nous embarquons pour le trek du salkantay qui nous amenera ultimement a michu piccu.
Nous allons etre dans les montgnes donc revenez nous voir dans 4 jours pour un contre rendu.

samedi, août 27, 2011

Tour de ville de cusco

L activite principale de la journee fut de faire le tour de la ville de cusco. Nous avons commence par visiter la cathedrale qui est tellement somptueuse que le vatican en serait jaloux. Nous avons ensuite visite les divers sites incas autour de la ville.
Demain nous partons pour un tour de la vallee sacree.
A suivre.

vendredi, août 26, 2011

Voyage puno cusco

Nous avons quitte puno pour faire une ride de bus de 12h qui nous a amener a cusco. 12h pour parcourir environ 350 km ca peut paraitre long mais I'll faut savoir que le trajet est ponctue de 4 arrets dans des sights. La route est aussi tres sinueuse et a flanc de montagne. Surtout considerant le fait que le chauffeur semble etre un adepte de la game du chicken qu I'll partique dans des virages en epignles completement voiles sur le bord d
un precipice. Anyway I'll semble savoir ce qu I'll fait et nous sommes toujours vivants. Aussi nous avons encore battu notre record d altitude lors du passage d un col a un peu plus de 4300 m.

La route est plus ou moins situee dans une vallee au beau milieu de montgne d environ 2000 m. C est magnifique et tres appetissant puisque les montagnes ont l air d etre faites de creme glacee molle.
Nous entreprenons demain un tour de la ville de cusco.
A suivre.

L odeur du gaz

Si on me demandait quel etait le probleme numero 1 du peru alors je dirais que c est l odeur du gaz. Ca sent le pot d echappement presque partout. Pas besoin de chercher bien loin pour trouver la cause a peu pret tout les moyens de transport ont des moteurs completement pourris. Les autres souffres d une qualite d essence inferieure qui fait que toute acceleration est inevitablement suivie d un gros nuage de boucane noire. Sans vouloir faire ma prima donna je dois dire que c est parfois limite tolerable. Le probleme est tellement important que les murs des edifices souffres aussi de cette crasse noire. Imaginez les poumons des habitants. Mais bon j imagine que ca fait parti du depaysement.

jeudi, août 25, 2011

Les iles du lac titicaca

Nous avons quitte le confort douillet de notre hotel de millionnaires pour aller visiter les iles du lac titicaca.
Notre premier escale a ete les iles flottantes de uros. Ce sont des iles produites par les indiens en accumulant des piles de roseaux. Le resultat est tres impresionnants puisque l on marche litteralement sur des roseaux mais le tout est tres stable. J ai hate de vous monter les photos.

Nous avons ensuite vogué pendant 3h sur un bateau sentant l huile comme ce n est pas possible pour atteindre l ille natuerelle de amantani. Nous avons summiter la principale montagne de l ille pour voir un temple dedie a la patchamama la deesse mere de la terre.

Ile etant depourvue d hotel nous avions une chambre chez l habitant. C etait deroutant et surtout tres depaysant. I'll faut savoir que les habitants de l iles sont tres pauvres. Du genre que les poules entrent quelques fois dans la cuisine et qu I'll n y a pas pas d electricite. Nous avons donc mange  directement dans la cuisine de la famille ou la mere cuisinait avec un feu de bois. Ce que nous avons mange fut tres bon mais I'll se rencdre compte que c est personne font de petits miracles avec pas grand chose. Mon espagnol etant plus qu approximatif la communication etait assez difficile. La famille semblait habituee a ce genre de situation et nous avons passe un bon moment.

Le clou de la soiree fut definitivement la fiesta. Notre guide nous avait dit qu I'll y avait une fete sur l iles et que l on pourrait y aller. Nous avons donc repondu si lorsque la famille nous a offert d aller a la fete. Nous avons ete tres surpris quand ils sont arrive avec tout un kit pour nous habiller comme les habitants de l ile. Trop tard pour reculer nous nous deguisons avec l espoir de ne pas etre les seuls tourists habilles de meme. Finalement l ensemble des touristes ont ete reunis dans une salle paroissiale ou nous avons danse les danses traditionnelles. C etait tres bien de la part des habitants de l ile pour nous faire connaitre leur culture.


Nous nous sommes ensuite couche dans un petit lit avec des couvertes en alpaca a la lumiere d une chandelle.

Nous sommes partis le lendemain pour visiter l ile de tequile. C est une tres belle ile et nous avons manger une excellente truite.

Journees de contraste nous sommes revenus dans notre hotel de luxe pour manger des tapas avec du vin en face d un feu de foyer. Notre lit est plus grand que la chambre que nous avions hier. C est vraiment deux mondes.
Nous partons demain pour cusco ou nous allons visite les alentours avant d entreprendre notre trek.

mardi, août 23, 2011

Un the ce coca sur la terasse

Le the de coca est suposer aider pour le mal de l altitude qui ne semble pas nous avoir affecter. Ca goute le the vert et je doute qu on ait un buzz...


Arrivee a puno

Nous nous sommes leves de bonne heure ce matin pour prendre un vol vers puno, ville sur le bord du lac titicaca. La compagnie aerienne locale est d une efficacite remarquable et nous avons atteris sur un aeroport place au milieu de nul part. Pour vous donner une idee c est le genre d aeroport ou on sort directement de l avion sur la piste. Nous avons rejoint notre hotel apres avoir visite un ancien cimetiere pre inca. Notre hotel est tres beau. Ca fait hotel de star comme mc aime. Nous allons prendre le reste de la journee relax puisque nous partons pour 2 jours d excursion sur les iles.
A suivre

lundi, août 22, 2011

Lima Perou

Comment a ete notre journee a Lima? Bienb mais sans etre
extraordinaire. Sans avoir la pretention d avoir tout vu, surtout apres avoir passe seulement 18h dans la ville, je crois pouvoir dire que Lima n est pas une ville a carte postale. Le parc qui longe le pacifique est tres beau, et les plazas ont le charme traditionnel des villes coloniales espagnoles.

De plus, nous avons probablement manque le meilleur pusique nous n avons pas encore visiter le quartier central plus ancien. Cependant, la plupart des batiments que nous avons vus sont assez recents et utilisent liberalement le beton. I'll manque generalement une touche esthetique qui me fait dire que Lima vise probablement l efficacite plutot que la frioriture. Mais bon c est probablement ce que ca prend pour loger 9 millions de personnes.
Mon amie Katty nous a fait un tour de ville en voiture et j ai l impression d avoir fume un exhaust tellement les fumees de moteurs vieillissants sont omnipresentes. Ajoutez a ca les klaxons et le fait que la conduite est encore plus agressive qu a montreal et vous avez un tour de ville pas si reposant que ca. Serieusement vivre a Lima semble d etre loin de la facilite.

Points positifs le poulet est bon et j ai bien hate de vous faire essayer le piscou sour.
La journee a ete longue et nous allons nous coucher pour prendre notre vol pour Puno demain matin. A suivre.

Acheter de la biere au perou

Nous sommes alles a l epicerie pour acheter de la biere et ce fut tout qu une aventure. Je prend une grosse dans le frigidaire, parce qu on ne niaise pas avec ca. Je presente l objet a la caissiere pour payer et elle commence a nous jaser ca. Mon espagnol est plus que primaire et je ne catch rien. Je lui montre mon incomprehension et elle se contente de nous repeter la meme affaire. Heureusement d autres touristes nous traduise l affaire. En gros pour acheter une grosse dans une bouteille en verre , I'll faut en ramener une vide en premier. Biz. Et ou est ce qu on se procure sa premiere bouteille de verre? C est un peu comme le dilemme de l œuf ou la poule. On retourne donc au frigidaire pour se prendre deux cans et on close le deal. Comme quoi, meme acheter de la biere ici peut etre une aventure.

Perou jour 1 Lima

Nous sommes arrivés a lima pour le premier escal de notre voyage. Le vol a ete sans histoire et nous avons fait un premier tour de reconnaissance. Une de mes amie qui habite le ville a offert de nous faire visiter et j ai bien hate de voir ce qu elle va nous faire decouvrir. A suivre.


dimanche, août 21, 2011

Bilan de ma saison de triathlon

Et oui, ma saison de triathlon est déjà finie. Les vacances m'empêchent de compétitionner pendant le mois d'août et le fait qu'il me resterait seulement une course à une semaine après notre retour du Pérou me fait lancer la serviette immédiatement. Je suis globalement satisfait de ma saison. J'ai participé à 6 courses, soit le même nombre que l'an passé. J'ai obtenu 2 podiums, mais aucune victoire malheureusement. Je peux dire que je me suis amélioré puisque le temps me séparant du gagnant a diminué si on compare les mêmes courses faites l'année dernière. Je suis toujours assez ordinaire à la course, mais c'est moins pire que l'an dernier. Le paradoxe est que je me suis amélioré à la course, mais j'en ai perdu un peu en vélo. Il faut dire que le temps d'entrainement est un système de vases communicants, et le temps mis dans un sport est perdu dans l'autre. Curieusement, j'ai un peu diminué mon entrainement en natation, mais je reste parmi les meilleurs. Sans vraiment le vouloir, j'ai pris beaucoup de masse musculaire (je suis rendu à 180 lbs) et je crois que ça m'a ralentit. Des gros muscles, c'est supposé faire avancer, mais le surplus de poids que ça entraine est un inconvénient sérieux pour montrer des côtes en becyk ou pour courir.

Pour conclure, je suis bien content de ma saison, mais je suis content de prendre un break. Mes genoux ont besoin de repos et j'ai moins la motivation pour pousser à l'entrainement. Me changer les idées en faisant autre chose va faire du bien. À suivre l'an prochain!

mercredi, août 17, 2011

La ruelle la plus sale à Montréal




Plusieurs disent que Montréal, c'est sale. Ils n'ont pas tord, tout en considérant que ce n'est pas si pire que ça. Excepté dans la ruelle en arrière de chez nous (entre notre condo et St-Laurent).
Je suis prêt à affirmer avec certitude que c'est la ruelle la plus dégeulasse à Montréal. Et même dans l'univers tant qu'à y être. C'est vraiment épouvantable. C'est comme dans un film de Terminator, mais avec l'odeur en plus. Les photos que vous voyez sont absolument typiques. C'est ce qu'on a comme vidange à toutes les semaines. Et oui, les vidanges ne prennent pas de break, ni de vacances. Le problème est que les voisins d'en face (v. photo) prèfèrent "troisièmer" (verbe qui veut dire: "tirer quelque chose du troisième étage") plutot que de déposer leurs déchets aux endroits prévus. Il faut les comprendre, la gravité est tellement efficace par les temps qui courent. Ajoutons à ça le fait que la ville ne ramasse pas les vidanges dans la ruelle (c'est la responsabilité des commerces d'engager une compagnie qui fait ça, les déchets des citoyens doivent être mis à la rue, pas la ruelle) et vous pouvez être certain que les immondices vont pouvoir macérer longtemps dans leur jus. Longtemps, ou jusqu'à ce que MC ou moi se tannent et qu'on appelle la ville. Un gars en pick-up a ensuite la tâche ingrate de ramasser les objets offensants et nous espérons qu'un inspecteur donne un ticket aux responsables. Le pire dans tout ça est que les coupables sont des étudiants universitaires. On dirait bien que les critères d'admission à McGill sont moins tight qu'avant...
Posted by Picasa

lundi, août 01, 2011

Triathlon de Magog

Je participais en fin de semaine à mon 6e triathlon de l'année: le triathlon de Magog. J'ai une relation conflictuelle avec ce triathlon puisque la course de l'an passé a été pour moi très éprouvante. J'avais eu chaud  au point de littéralement implosé sur le parcours de course. J'ai décidé de retrousser mes manches et de me réessayer à l'endroit du crime.

La natation a très bien été, presque trop je devrais dire. J'ai été stratégique et j'ai drafté un concurrent sur l'ensemble du parcours. Il allait exactement à la bonne vitesse: même vitesse que moi sans draft et un beat très relax pour la personne derrière. Je suis sorti de l'eau frais et dispo et j'ai décidé de me "pacer" au vélo pour arriver frais à la course. J'ai donc gardé mon cardio entre 145 et 165 bpm pour ne pas avoir d'acide lactique. Je crois que ça a été profitable puisque j'ai fais le parcours de vélo 2 min plus rapidement que l'an dernier et j'avais le sourire aux lèvres puisque je ne m'étais pas vraiment fait mal. C'est donc plein de confiance que j'ai entrepris le parcours de course. Tout allait très bien jusqu'à la moitié lorsque j'ai encore été frappé par la chaleur. Le radiateur a sauté et ça a dit à l'ensemble de mon corps d'arrêter d'avancer. Mon cardio était à 170 bpm tandis que je courrais à un misérable 5 min/km. Arrh!!! Pourtant, je fais tout pour m'entrainer à la chaleur de la mort, mais ça ne semble pas fonctionner. On dirait bien que je suis fais pour le froid...

Mais bon, j'ai terminé 2 min plus vite que l'an dernier, j'ai amélioré mon classement (6/16, 35e overall). Ce n'est pas si mal.

BTW: chapeau à l'organisation, c'était vraiment bien coordonné (et l'image vous donne une idée de l'ampleur de l'évènement).







dimanche, juillet 17, 2011

Triathlon de Sherbrooke: c'était chaud

Je participais en fin de semaine à mon 5e triathlon de l'année: le triathlon de Sherbrooke. C'est un triathlon de distance olympique (1.5, 40, 10) qui se tenait à Ste-Catherine de Hathley, en bordure du lac Magog. Je partais avec une grosse strike avec cette course: elle se tenait en pleine canicule! Et oui, il fallait que ça tombe sur la journée la plus chaude de l'été, avec un léger 30o à l'ombre. Le genre de température où les gens à la radio disent: "évitez toute activité physique soutenue". En plus, mon départ était à midi, plutôt qu'à 9h comme à l'habitude. Bon, vous allez dire que la température est la même pour tous les coureurs, mais je n'ai jamais bien performé à la chaleur. Jamais en dix ans. Et ça n'a pas été différent aujourd'hui.

Bon, assez d'excuses et voici le résumé de la course.

C'était assez venteux et le lac était particulièrement agité. Je n'avais pas d'expérience de nage dans les vagues et je dois dire que j'ai bu la tasse. J'ai eu un très bon départ,  mais j'ai  dû lâcher le groupe de tête après la première bouée  parce qu'il était trop rapide. J'ai ensuite continué dans le 2e groupe, mais je suis globalement insatisfait de ma performance puisque les vagues m'ont empêché d'avoir un bon rythme ou de bien suivre les pieds des gens dans mon groupe.

J'ai eu une bonne 1ère transition et j'ai rapidement remarqué que j'avançais pas pire. Disons cependant que c'était ma perception puisque l'ensemble de mon électronique n'a pas fonctionné. J'ai donc fait toute la course sans compteur de vitesse ni cardio. J'y suis donc allé "au feeling", ce qui est une approche intelligente à prendre quand il fait aussi chaud. Le parcours était beaucoup plus coteux que ce que j'avais prévu. Les organisateurs parlaient de " parcours valloneux", mais on parlait beaucoup plus de grosses côtes de la mort. Des cotes tellement grandes que j'ai été au bout de mes gears (53x12), ce qui n'était jamais arrivé cette année. J'ai bien roulé jusqu'à la dernière grande cote où j'ai vraiment cassé. La chaleur était insuportable et ça m'a brisé les jambes. J'ai bien dû perdre 3-5 minutes dans cette côte et jusqu'à la 2e transition.

Mon premier feeling à la course était que j'avançais pas pire. Cependant, la chaleur m'a rattrapé 10 minutes plus tard et là, j'ai vraiment explosé. Je n'avancais plus et je n'ai jamais autant pensé abandonner ou tricher. La chaleur était éponvantable et la course, ça ne va pas aussi vite qu'en vélo. Ça ne permet pas d'avoir une sorte de ventilation naturelle. J'ai donc enclenché le mode survie pour courir a à peu près 5 min/km (ma vitesse normale est 4:20/km). Un peu plus loin, j'ai rejoins un ami qui marchait parce que la chaleur l'avait tué. Je lui ai dit de courir avec moi et qu'on allait s'en sortir. Fort heureusement, il y avait plusieurs ravitaillement en eau où des kids nous arrosaient avec un boyau d'arrosage. C'était vraiment jouissif! Le refroidissement d'un bon arrosage me permettait d'avancer plus vite pour quelques minutes, mais bon, c'est fou comment on sèche vite à cette température!

J'ai terminé l'épreuve avec un misérable 2h43, 12e dans ma catégorie et 37e overall. Le pire, c'est que je n'étais pas si fatigué que ça à l'arrivé, juste bien toasté.











mardi, juin 28, 2011

Bonne fête Brielle

Bonne fête à ma nièce Brielle qui a aujourd'hui 6 ans.

dimanche, juin 26, 2011

Triathlon de Soulanges

Je participais aujourd'hui à mon 4e triathlon de l'année, et mon premier olympique (1.5, 40, 10 km). L'olympique est typiquement "ma" distance et je m'attendais à une bonne performance. Comme à l'habitude, la natation est très bien été et j'ai pu terminé dans le 2e pack sans trop d'effort. J'ai malheureusement pogné une crampe au molet en montant sur le vélo, mais celle-ci est partie après quelques secondes. C'est quand même quelque chose que j'ai gardé en tête pendant toute la course, histoire de ne pas m'affaisser sur le bord de la route...Le parcours de vélo était plat comme une crèpe avec un léger vent, choses qui devraient m'avantager. J'ai bien roulé, mais l'absence de compteur sur mon nouveau vélo m'a probablement couté quelques minutes. La course a vraiment été difficile. J'ai comme l'impréssion que je suis allé plus vite que prévu en vélo, puisque je n'avais vraiment pas de jambes. Mes mollets étaient en ciment et ma cadence habituellement très élevé s'est transformer en ce que j'appel "courir pesant comme un éléphant". Ma montre m'a indiqué un triste 4:45 min/km et j'étais pas mal découragé. Impossible d'aller plus vite, la connection neuro-musculaire était complètement paralysée. La "bonne" nouvelle est que ma montre était finalement mal calibrée et j'ai couru à un respectable 4:30 min/km. J'ai donc terminé 17e overall (sur 50) et 3e dans ma catégorie avec un temps de 2h25. Pas si pire, et je suis maintenant super motivé pour accroitre mon endurance. J'ai le temps, la prochaine course est dans 3 semaines.

lundi, juin 20, 2011

Triathlon du Lac Beauport

Je participais samedi à mon 3e triathlon de l'année: le triathlon du Lac Beauport. C'était ma 2e présence à ce triathlon, que j'ai fais la première fois il y a 2 ans. C'est une course particulière puisque les distances ne sont pas standard et le parcours faisant le tour du lac est particulièrement côteux. Nous avons donc eu droit à 1 km de nage dans le lac, 21 km de vélo avec des côtes de la mort et 7.7 km de course avec les mêmes côtes.

Je me suis pointé au départ en forme, mais avec un léger sous-entrainement causé par la pluie des dernières semaines. La natation a bien été, quoique j'ai manqué le pack de tête. J'ai donc du nager tout seul, ce qui est assez différent de ma stratégie habituelle de drafting. J'ai vite transitionner vers le vélo, mais je n'avais pas de jambes. La première grande côte m'a vraiment tué. Mon cardio était au fond et je sentais que je n'avais pas de torque. C'est certain que c'était une longue côte à pic, mais pas au point de rouler à 14 km/h. J'ai dû attendre jusqu'au dernier tour avant d'avancer à mon goût. À ma défense, d'autres compétiteurs m'ont aussi parlé de leur faible vitesse dans cette côte et j'ai donc l'impression que son inclinaison est plus grande que ce qui parait. La transition vélo-course a aussi été difficile à c'est seulement après le 4e km (sur 7) que j'ai vraiment commencer à avancer. Comme à tous les triathlons sprint, j'ai de la difficulté à vraiment pousser et j'aurais facilement pu courir un 10 km au pace où j'allais.

J'ai globalement été déçu de ma performance, mais j'ai quand même terminé 4e sur 20 dans ma catégorie. Pas si pire, mais mon classement overall est moins reluisant.

Heureusement, j'étais en bonne compagnie puisque mon cousin Guillaume participait en équipe et ça me vaut des photos de qualité. Cliquez ici pour les voir: https://picasaweb.google.com/sophieperron.sp/TriathlonLacBeauport18Juin2011