dimanche, juillet 17, 2011

Triathlon de Sherbrooke: c'était chaud

Je participais en fin de semaine à mon 5e triathlon de l'année: le triathlon de Sherbrooke. C'est un triathlon de distance olympique (1.5, 40, 10) qui se tenait à Ste-Catherine de Hathley, en bordure du lac Magog. Je partais avec une grosse strike avec cette course: elle se tenait en pleine canicule! Et oui, il fallait que ça tombe sur la journée la plus chaude de l'été, avec un léger 30o à l'ombre. Le genre de température où les gens à la radio disent: "évitez toute activité physique soutenue". En plus, mon départ était à midi, plutôt qu'à 9h comme à l'habitude. Bon, vous allez dire que la température est la même pour tous les coureurs, mais je n'ai jamais bien performé à la chaleur. Jamais en dix ans. Et ça n'a pas été différent aujourd'hui.

Bon, assez d'excuses et voici le résumé de la course.

C'était assez venteux et le lac était particulièrement agité. Je n'avais pas d'expérience de nage dans les vagues et je dois dire que j'ai bu la tasse. J'ai eu un très bon départ,  mais j'ai  dû lâcher le groupe de tête après la première bouée  parce qu'il était trop rapide. J'ai ensuite continué dans le 2e groupe, mais je suis globalement insatisfait de ma performance puisque les vagues m'ont empêché d'avoir un bon rythme ou de bien suivre les pieds des gens dans mon groupe.

J'ai eu une bonne 1ère transition et j'ai rapidement remarqué que j'avançais pas pire. Disons cependant que c'était ma perception puisque l'ensemble de mon électronique n'a pas fonctionné. J'ai donc fait toute la course sans compteur de vitesse ni cardio. J'y suis donc allé "au feeling", ce qui est une approche intelligente à prendre quand il fait aussi chaud. Le parcours était beaucoup plus coteux que ce que j'avais prévu. Les organisateurs parlaient de " parcours valloneux", mais on parlait beaucoup plus de grosses côtes de la mort. Des cotes tellement grandes que j'ai été au bout de mes gears (53x12), ce qui n'était jamais arrivé cette année. J'ai bien roulé jusqu'à la dernière grande cote où j'ai vraiment cassé. La chaleur était insuportable et ça m'a brisé les jambes. J'ai bien dû perdre 3-5 minutes dans cette côte et jusqu'à la 2e transition.

Mon premier feeling à la course était que j'avançais pas pire. Cependant, la chaleur m'a rattrapé 10 minutes plus tard et là, j'ai vraiment explosé. Je n'avancais plus et je n'ai jamais autant pensé abandonner ou tricher. La chaleur était éponvantable et la course, ça ne va pas aussi vite qu'en vélo. Ça ne permet pas d'avoir une sorte de ventilation naturelle. J'ai donc enclenché le mode survie pour courir a à peu près 5 min/km (ma vitesse normale est 4:20/km). Un peu plus loin, j'ai rejoins un ami qui marchait parce que la chaleur l'avait tué. Je lui ai dit de courir avec moi et qu'on allait s'en sortir. Fort heureusement, il y avait plusieurs ravitaillement en eau où des kids nous arrosaient avec un boyau d'arrosage. C'était vraiment jouissif! Le refroidissement d'un bon arrosage me permettait d'avancer plus vite pour quelques minutes, mais bon, c'est fou comment on sèche vite à cette température!

J'ai terminé l'épreuve avec un misérable 2h43, 12e dans ma catégorie et 37e overall. Le pire, c'est que je n'étais pas si fatigué que ça à l'arrivé, juste bien toasté.











1 commentaire:

Jerome T. a dit...

Les organisateurs doivent êtres des politiciens a la retraite.