lundi, février 20, 2012

Loppet de Gatineau

L'absence de neige fait que je me suis remis au ski de fond cette année. Pas que j'avais vraiment arrêté, mais disons que le ski alpin avait pris pas mal de place. L'avantage du ski de fond est qu'il demande moins de neige, et surtout, ça fait moins mal de payer 5X moins cher pour une journée avec des conditions ordinaires.

Ajouté à une invitation de mon cousin Guillaume, tout cela a fait que j'ai été motivé à m'inscrire à la Loppet de Gatineau. Faites attention, Loppet réfère ici à "course de ski de fond internationale" plutôt qu'à "moumoune" comme il est d'usage dans le language courant.

Ainsi, la Loppet de Gatineau est la plus grosse course de ski de fond au Canada. La distance la plus populaire est un 51 km, mais mon peu d'entrainement m'a fait opter pour le 31 km. Excellente décision en fin de compte. J'ai aussi fait le tout en classique ou je suis plus efficace qu'en skate.


Il faisait une journée superbe pour notre départ de samedi. 0 degré, gros soleil, des conditions parfaites si on exclu l'usage d'un klister. J'aime personnellement les conditions rapides nécessitant le klister, mais l'idée de devoir enlever cette substance ultra-collante de mes skis n'est jamais réjouissante.

C'était ma première expérience en départ de masse au ski de fond. Il y avait 5 vagues et approx 50 personnes par vague. Je m'attendais à plus de monde pour la course la plus populaire au Canada, mais bon.

Le départ a été un peu chaotique et j'ai regreté de ne pas m'être mis dans une vague plus rapide. Je ne connaissais pas vraiment mon pace, que j'avais estimé à 2h30-3h dans une randonnée précédente. Je ne savais pas vraiment comment ça allait aller en course avec la motivation, la cire, les conditions de la piste et tout. J'ai du dépasser 30 personnes dans les 10 premières minutes. C'est toujours plus motivant que ce faire manger en vie.

Le graphique de cardio ci-contre montre que je suis parti assez vite. Je pensais péter au frette, mais ça a tenu bon. Je me dis que j'étais pas mal au max de la vitesse que je pouvais avoir avec ma technique.
Mon "canard" était vraiment ordinaire, mais je descendais bien. Le parcours assez vallonné faisait des descentes assez sportives, surtout avec plein de monde qui font du chasse neige, laissant seulement de la glace après leur passage.


La fin de la course a été vraiment bizarre. J'ai vu une pancarte annoncant les 5 derniers kilomètres et j'estimais qu'il me restait environ 20 minutes à faire. Parfait, je commencais à pogner des ampoules. Quelle fut ma surprise quand j'ai vu une pancarte annoncant les 1000 derniers mètres. J'ai alors pensé qu'il y aurait une boucle de fin, mais non, j'ai suivi d'autres coureurs rentrant à l'arrivée. C'est après la course que j'ai appris comme plusieurs que le parcours avait été retréci à 27 km.

J'ai fait le tout en 1h55 pour prendre la 40e place overall. Ça me donne 15 km/h, loin de la machine arrivée première à 20 km/h. Incroyable.

Ça a été une très belle expérience et je pense faire une ou deux autres courses de ski cette année.