jeudi, décembre 13, 2012

Y'a pas le feu

Mardi matin, le boss passe dans mon bureau et il me dit: "tu as donc ben l'air magné". Et je lui réponds: "ça se peut, j'ai failli passé au feu hier". Fin des questions....

L'histoire: on a été réveillé à a peu près 1h du matin par le cri d'un détecteur de fumée. Je descend l'escalier vers le bruit pour constater qu'une flamme d'approx 9 pouces sort de l'un des thermostats. Il y a du bruit, il fait noir, je viens de me reveiller: c'est presque dur à croire. MC s'en vient et capote disons un p'tit peu.

Je suis alors allé coupé le courant asap et j'ai mis du soda sur l'engin pour éteindre les flammes. Je me disais bien qu'il y aurait encore plus de dommage avec un extincteur. Ça s'est éteint rapidement, tellement que le gypse n'est pas vraiment atteint.

Mais le coeur du thermostat est crammé d'aplomb. Ça venait vraiment d'en dedans.

MC a appellé les pompiers pour être certaine que le feu n'était pas rentré dans le mur. Pas de problème.

On a donc dormi plutôt mal, avec le chauffage complètement arrêté. Une chance qu'il ne faisait pas froid dehors.

Le lendemain, j'ai changé tous les thermostats, acheté un autre détecteur du fumée (y'en a presque un par pièce maintenant) et acheter le plus gros extincteur disponible à la quincaillerie (après que l'un de mes amis m'est conté une histoire de feu qui se concluait: tsé les p'tits extincteurs en dessous de l'évier, ça te donne 2-3 shots max).

Une p'tite recherche sur les internets m'a indiqué que le modèle du thermostat en question (de marque UPM) faisait l'objet d'un recall. Est-ce que vous suivez-ça les recalls de thermostat vous ? Moi non. Et j'estime que l'endroit où je l'ai commandé (costco.ca) aurait pu m'avertir puisqu'ils ont ma commande, mon adresse, mon email, mon tel. Et ils pourraient aussi répondre à leur service à la clientèle puisque je les ai contacté pour éviter que d'autres passent au feu.

On peut dire qu'une chance qu'on était là, parce qu'il n'y aurait probablement plus de condo et les chats auraient été rotis.

Opération nettoyage des murs pour enlever l'odeur de fumée électrique en fin de semaine.
Posted by Picasa

lundi, décembre 10, 2012

Sprint de Québec

Vous avez probablement entendu parlé qu'il y avait une course de ski de fond à Québec en fin de semaine dernière. Et juste en face du parlement en plusse. Et bien, je participais au volet amateur du "sprint de Québec", ce qui m'a donné le droit d'emprunter le même parcours que les compétiteurs de la coupe du monde.

Le format était un peu particulier: on parlait d'un sprint de seulement 850 m. C'est court (une course de ski de fond fait généralement 5 km min), mais un sprint c'est intense et ça serait un peu comme dire à Usain Bolt qui ne force pas vraiment. Faque...

Le parcours était un genre de serpentin placé juste en face du parlement, avec le finish sur Grande Allée, rien de moins.

Le format est "contre la montre", c'est à dire que c'est celui qui a le meilleur temps qui gagne. Les départs étaient en vague de 4. Disons que je n'imagine même pas un départ de masse sur cette piste.

Je me suis préparé autant que possible pour la course. J'ai fais du ski à roulette à toute les fins de semaines depuis 1 mois et j'estime que mon bagage de triathlon me donne une base qui a un minimum de bon sang (au moins, ça marche sur le psychologique). Mais bon, ça veut quand même dire que je vais faire du ski la première fois de l'année dans une course. Pas idéal.

Je me suis donc présenté à Québec 1h avant la course. Heureusement, il y avait une piste d'essai où j'ai pu skié 5 minutes. Ma réaction a été: ho boy! Ça glisse pas mal plus que je le pensais. C'est très différent du ski à roulette. Et là, je me voyais faire le front du journal de Québec avec la mention "Crash épouvantable au sprint de Québec".

Tout ça pour dire que 30 minutes plus tard, j'étais au départ avec 3 autres personnes, avec la ferme intention de gagner au moins ma vague. J'ai été le dernier au départ, mais c'est là que je me suis souvenu du dicton de mon cousin Guillaume: "il ne faut pas partir en lion et finir en chaton".

J'ai donc dépassé mon premier adversaire dès le 1er virage. Je pensais resté bloqué derrière les deux autres, parce du skate, ça prend de la place. J'ai dépassé le 2e après une petite montée et le dernier au dernier virage. J'ai vu que celui ci semblait fatigué et c'est au sprint final que j'ai enfoncé le clou dans le cercueil. J'ai gagné ma vague avec approx 25 m d'avance. Ho yeah !

Résultat final: 15e sur 115, avec un tour en 2min 30 (BTW: les pros ont fait 2 tours en 3min 30).

J'ai beaucoup aimé mon expérience. Le parcours était vraiment super et l'organisation excellente. Ça compense le 5h de char pour 2 min de ski!