lundi, mai 27, 2013

Triathlon de Oka: mon résultat

Et oui, la saison du triathlon est partie. Je courrais dimanche mon premier triathlon de l'année, celui de Oka. Je l'avais fais l'an dernier et j'avais pas mal aimé. La natation a lieu dans le lac des deux montagnes, le vélo sur une route fermée du parc et la course est dans le bois. Parfait quoi.

Et en plus, il faisait particulièrement beau l'an dernier. Disons que j'ai eu cette année droit à un retour vers la moyenne spectaculaire. Toute la course a eu lieu sous une tite-pluie froide à 10 degré celcius. Et je peux vous garantir qu'il faisait frette.

Le tout a évidemment commencé par la natation. L'eau n'était pas juste frette, elle était super frette. Du genre: "Old Orchard, c'est des peanuts". Pour vous donner une idée, un compétiteur parti seulement avec un wetsuit "shorty" a revirer de bord !

Je n'ai  pas eu le temps de m'échauffer et je suis parti sans avoir la chance de me réhabituer à mon wetsuit. C'était un peu bizarre au début, mais j'ai fini par reprendre un semblant de fluidité. Mais l'eau était froide. Sur la tête, c'était comme sortir à -20 l'hiver pas de tuque après avoir pris une douche. Et j'avais l'impréssion de mettre mes mains dans la neige à chaque fois que je les entraient dans l'eau. Et en plus, j'ai tendance à hyperventilé quand je dois subir de l'eau hyperfroide. J'ai donc décider de partir tranquille et de "faire ma course". J'ai vraiment amélioré ma technique puisque, même si j'ai nagé à un pace de 2 km, je suis sorti 4e de l'eau. C'est un bon début.

J'avais eu froid, mais ce n'était rien comparé à la partie en vélo. Imaginez aller faire du becyk sous la pluie APRÈS une douche froide. Et bien, c'était exactement ce que je m'apprêtais à faire. Pour la première fois en carrière, j'ai pris le temps de m'essuyer avec une servitte et j'ai mis un gilet de vélo long ET isolé. J'ai peut-être perdu 30 sec-1 min, mais y'a quand même des limites au masochisme. La ride de vélo a été disons bizarre. Il faisait froid et je ne sentais pas trop mes jambes. Je ne savais pas comment me "pacer" malgré que je porte un cardiomètre. Après coup, j'ai eu l'impréssion de ne pas avoir assez poussé. Le pire était vraiment de supporter mes pieds gelés. Imaginez encore: je fais du vélo sous la pluie, avec des souliers extrêmement bien ventilés pas de bas et la pratique du vélo a tendance à réduire la circulation sanguine aux pieds. C'était horrible. Et j'avais l'impréssion que mes chevilles allaient casser en 2 quand je suis débarqué du vélo pour entreprendre le reste du parcours à la course. J'avais tellement froid aux pieds que ça a pris au moins 1 km de course avant que ça dégèle et que j'aie 100 % de mes sensations aux niveaux des pieds.

Ce qui est positif à la course, c'est que c'est un sport où il est facile d'accumuler de la chaleur. C'est normalement un désavantage pour moi quand je dois courir au gros soleil, mais c'était vraiment le bienvenue en fin de semaine. Le vélo ne m'a pas trop fatigué et j'ai couru à un bon rythme. Je pensais pouvoir finir tranquille jusqu'à ce que je constate qu'un autre coureur commençait à me chauffer les fesses. J'ai accéléré de 30 sec au km dans le dernier kilomètre, ce qui a fait que je pensais quasiment vomir au finish. Mais j'ai terminé 30 sec devant mon plus proche concurrent.

Tout ça pour dire que j'ai terminé 1er dans ma catégorie et 5e overall. Je dois dire que j'ai profiter de peloton très réduit puisqu'ily avait seulement 52 coureurs dans la catégorie des hommes (vs 100-200 pour un triathlon standard). J'avais vraiment froid et je ne suis pas resté pour les médailles.

J'ai aussi amélioré mon temps de plus d'une minute avec des gains à la natation et au vélo. Ça augure bien pour le reste de la saison.