dimanche, juin 05, 2016

S-triman: mon résultat

C'était aujourd'hui mon premier vrai triathlon de l'année. Il y a eu un p'tit triathlon intérieur, mais ça ne compte pas. Et je devais défendre mon titre en fds dernière à St-Amable, mais la gastro m'en a empêché.

C'était difficile pour moi de ne pas m'inscrire au triathlon de Sherbrooke, poétiquement appellé s-triman et paradoxalement à Ste-Catherine de Hathley. Parcours vraiment beau, natation en lac et heureusement déplacé au début de l'été, ce qui devrait m'empêcher de rôtir à petit feu comme les éditions précédentes.

J'ai une forme correcte, malgré une dernière semaine d’entraînement amputée et une nouvelle infection qui s'est déclarée vendredi. Je suis juste content de prendre le départ, chose que j'ai un ti peu regretté à posteriori. Mais bon.

La natation a été parfaite. Je suis sorti parmi les premiers sans avoir vraiment forcé. J'ai voulu drafter, mais le dude en avant de moi nageait croche. Je pensais au début que c'était moi, mais je lui ai attribué la faute quand j'ai pu visualisé un bon cap.







Transition sans histoire et début sur un parcours côteux, chose qui est un défi pour celui qui a le pont jacques-cartier comme côte la plus à pic. Je garde mon plan de match de pousser un ti peu dans les côtes, sans pour autant faire exploser mon cardio. Un triathlon, ça se gagne en vélo, mais ça se perd à la course. L'ensemble du vélo se fait sous une pluie soutenue. C'est un avantage pour moi, mais ça rend les choses plus périlleuse. Surtout avec des jantes en carbone (carbone + pluie = break pas pentoute). J'avance pas pire, mais ça prend tout le 40 km pour que je dépasse celui que j'avais dans le collimateur. Et ça, 2 minutes après m'être fait dépassé moi-même. Je suis 5e.




La course à pied se fait aussi sous la pluie. Au moins, je pars les pieds au sec puisque j'avais prévu un sac de plastique pour y stocker mes chaussures. Mon plan de match est le suivant: on y va au feeling pour la première moitiée et on pousse au retour. Le parcours est sur le bord du lac. C'est vallonneux et c'est difficile de prendre un beat. Des fois, je me demande même si je monte, descend ou suis sur le plat. Le gps aide pas beaucoup. Je réussi à dépasser un dude après 5 km, mais je me fais aussi prendre par quelqu'un avec un bon beat. Ça fait partie de la course. Le système de timing me donne un 40 min pour 10 km. Impossible. À valider lorsque j'aurai les données de ma montre.

Je termine pas trop fatigué. Aurais-je pu pousser plus ? Ou suis-je pas magané juste parce qu'il ne faisait pas chaud ? On verra lors des prochaines courses.

Résultat: 6e overall et premier dans ma catégorie. Ça commence bien !