lundi, octobre 09, 2017

Raid Bromont 2017

Le point d'orge de ma saison de course est le raid en vélo de montagne à Bromont et les astres étaient alignés pour que je ne manque pas l'édition 2017. La formule est simple: 40 km de vélo de montagne dans les sentiers les plus durs de Bromont. Il parait que c'est le raid le plus dur dans le nord-est. Je n'ai pas de point de comparaison, mais je peux vous dire que c'était ultra difficile.

Premièrement, on parle de plus de 1500m de dénivellé, soit l'équivalent de monter le Mont Washington. On parle de monter 6 fois Bromont avec des montées qui prennent approximativement 20 minutes. Je suis un spécialiste du plat ou du vélo de montagne avec des courts punches de 1 minutes et c'était hors de mon élément. La dernière montée était de trop et c'est là que j'ai cassé. Je n'étais pas à mon top et j'ai eu un ti fond de rhume avec les jambes raides toutes la semaine. Je n'arrivais pas à faire descendre mon cardio, au moins où j'ai fais la première heure et demi à 160 bpm, ce qui est beaucoup trop pour du vélo. J'ai aussi eu des crampes aux jambes, chose qui ne m'était pas arrivé depuis des années.

Les descentes de Bromont était aussi absolument épiques. J'ai vraiment pu tester mes limites de pilote et poussé la mécanique à ses limites. J'ai passé des drops et des caps de roche hauts comme un étage! Ça fait peur, mais il faut y aller quand on décide de passer l'obstacle. Les gens qui connaissaient le parcours et qui avaient des vélos d'enduro pouvaient aller vraiment plus vite que moi en descente. Et surtout, ils avaient un dropper seatpost (tige de selle ajustable au guidon). C'est ça que je veux pour Noel!

J'ai eu un 2e souffle pour la 3e heure dans une section du parcours que je connaissais déjà.

Je termine 23e avec un temps final de 4h (10 km/h). Le premier a terminé à 2h30 à une vitesse que je réalise sur une course d'une heure sur un parcours facile (15 km/h). Ultra impressionnant!